Qu'est-ce qu'une une commotion cérébrale (TCCl)?


Une commotion est un processus physiopathologique complexe touchant le cerveau à la suite d'un impact direct (coup à la tête, au visage ou au cou) ou indirect (chute sur les fesses ou mouvement brusque entrainant une secousse du cerveau dans la boîte crânienne). Elle ne peut habituellement être détectée par les tests d’imagerie médicale (radiographie, résonnance magnétique, TACO, etc.) et n’implique pas nécessairement une perte de conscience. Souvent, un ou plusieurs symptômes apparaissent rapidement après le traumatisme : ils sont de courte durée et se résolvent spontanément ou graduellement. Parfois, les symptômes peuvent apparaître plus tardivement : de quelques minutes à quelques heures, voire jusqu’à 48 heures après l’événement.


Pourquoi consulter?

Voici les principaux symptômes pouvant être présents lors d'un épisode de commotion cérébrale:
• maux de tête
• « pression dans la tête »
• problèmes d’équilibre
• nausées, vomissements
• étourdissements
• fatigue, somnolence
• problèmes de vision
• se sentir au ralenti, « sur un nuage »
• confusion, désorientation
• changements dans les habitudes de sommeil
• perte de concentration
• troubles de mémoire
• sensibilité à la lumière
• sensibilité au bruit
• émotions disproportionnées
• irritabilité, tristesse
• anxiété, stress


Qui peut diagnostiquer une commotion cérébrale?


Seul un médecin peut légalement diagnostiquer une commotion cérébrale. Cependant, tout individu (parent, entraineur, thérapeute, partenaire d’entrainement, etc.) peut la suspecter. Un professionnel de la santé qualifié peut donc détecter la commotion et assurer la bonne gestion d’un retour sécuritaire à l’apprentissage et au sport. Notre protocole a été élaboré en collaboration avec des médecins experts en gestion de TCCl et en concordance avec les données probantes les plus actuelles dans le domaine. Si nécessaire, une référence médicale rapide pourra être effectuée par votre physiothérapeute auprès d'un médecin traitant qualifié.


Quoi faire lorsqu’on soupçonne une commotion?

• Toujours retirer immédiatement la personne du milieu à risque et lui faire cesser toute activité (ex.: sport, travail).
• Toujours s'assurer que la personne soit accompagnée durant les premières 24 heures.
• Consulter un professionnel qualifié dans le suivi des commotions cérébrales, idéalement le jour même ou le lendemain.
• Éviter la prise de médication analgésique ou anti-inflammatoire, par exemple Tylenol (acétaminophène) ou Advil (ibuprofène).
• Éviter que la personne conduise (scooter, automobile), prenne de l'alcool, des drogues ou des stimulants (café, thé).


Quand appeler l’ambulance, si aucun professionnel de la santé qualifié n’est présent?

En présence de :
• douleur ou sensibilité au cou
• maux de tête sévères ou s’intensifiant
• vomissements répétés
• crise épileptique ou convulsions
• vision double
• perte de conscience ou détérioration de l’état de conscience
• confusion, irritabilité, agitation ou agressivité croissante
• faiblesse, fourmillements ou brûlure dans les bras ou les jambes
• changement de personnalité (ne semble plus être lui-même)
• langage incohérent ou difficulté à articuler

En cas de doute, contactez le 811.

Si vous éprouvez un ou plusieurs de ces problèmes, nous pouvons vous aider. Consultez nos physiothérapeutes formés en prise en charge des commotions cérébrales.


Pour en apprendre davantage sur l’expertise que possèdent certains de nos physiothérapeutes, communiquez avec nous par téléphone ou par courriel à info@biokin.ca.